Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pr!nCeSs_Actuality88"

Pr!nCeSs_Actuality88 Bienvenue sur la toile, bienvenue sur mon blog, dans mon univers de connaissances et d’actu’ ! Un blog que vous recherchiez depuis des lustres ; un blog abordant plusieurs thématiques afin de mettre « à jour votre esprit ». Un blog qui mérite d’être connu et reconnu ! Suivez-le, savourez-le… les chemins de l’actualité, je tiens à les arpenter avec vous ! Journaliste, je le suis et je le resterai toujours. Je n'ai pas fait d'études mais pourtant, j'y arrive. Comme on dit : « J'suis autodidacte. » Fière de vous présenter ce que je fais et ce que j'aime faire. Donc j'ai une seule recommandation à vous faire : « Partagez autour de vous mon blog, afin d'accroitre ma notoriété pour être … Je le répète encore une fois, connue ; car une personne malentendante, qui persiste dans le domaine du journalisme n'est pas facile. Mon envie est grande de partager avec vous mes connaissances, ma culture - Je partage avec vous de nombreux d'articles qui pourraient vous intéresser. Pour celles et ceux qui désirent que je rédige un article vous concernant, je suis disponible H 24. N'hésitez pas à me contacter… et un grand merci pour votre soutien de tous les instants. Sur ce, je vous laisse admirer mon blog : Rédactrice : Pr!nCeSs_Actu88

Publié le 16 Mars 2021 par Spin'Média

Epinal

Abel Aber, un espoir après une histoire tragique

 

A l’âge de 17 ans, le Spinalien Abel Aber est victime d’un accident tragique de scooter qui lui vaut une amputation de la jambe droite. Aujourd’hui, à 34 ans, il est médiateur sociale, éducateur sportif à la ville d’Epinal et partage sans tabou son histoire.

Après son accident en 2001, les médecins font plusieurs tentatives pour sauver sa jambe. Ils lui expliquent alors que la meilleure solution pour éviter la gangrène est une amputation. Sa famille et lui-même sont sous le choc mais il décide de se prendre en main pour affronter au mieux cette épreuve.  « Il y a pire que moi, j’aurais pu être en fauteuil roulant ou perdre un bras », confie-il. Passé cet épisode dramatique, il retrouve le sourire et la motivation grâce à la boxe-thaï. « Je peux le faire, je peux réussir », explique Abel Aber.

Deux enfants malgré le handicap

Son handicap ne l’a pas empêché de fonder une famille. Il a eu deux enfants avec sa femme, une fille de 10 ans et un fils de 8 ans, pour qui le sujet du handicap n’est pas un tabou. Ils en parlent régulièrement ensemble et il continue de pratiquer des activités avec eux : Spinaparc, piscine, sport… Concernant le regard des autres dans la rue, il répond directement. « Lorsque j’ai perdu ma jambe, le regard des gens me pesait un peu, mais, même si ce regard peut être chiant, je m’en fous ».

Les JO 2024 pour objectif

Le sport, lui a redonné un espoir de vivre. Il a tout d’abord, débuté par la musculation qui lui a permis de se retrouver dans une salle de sport de boxe-thaï. Il s’est dit que le sport est un moyen d’extérioriser ses émotions, et il s’est forgé un mental d’acier.

Grâce à cela, il s’est fixé l’objectif de réussir à participer aux Jeux paralympiques à Paris en 2024 avec un sport du haut niveau : le canoé-kayak en ligne.

Il s’entraine tous les matins, sort son canoé et sa pagaie et part pour un entrainement intensif de canoé kayak, pour tenter d’atteindre les minimas qui sont de 50 secondes pour 200 m en ligne, afin d’être qualifié pour représenter la France. A ce stade, à quatre ans de l’échéance, il réalise un temps de 1mn sur cette distance. « Si je n’y arrive pas, j’aurai au moins essayer ».

Rachida et Jérôme LALLEMAND

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article